Ecran à flats

Écrit par Jean-Pierre le .

Montage initial du panneau :

Sachant que mon objectif initial était de contrôler mon équipement à distance, il n’était pas possible de retenir une boîte à flats à poser sur le télescope.

J’ai testé une feuille à flat au format A3 mais c’est trop petit par rapport au diamètre du télescope. En plus le prix de ce genre d’accessoire est assez important.

Je me suis donc orienté vers un panneau led de 60 x 60cm et de 36W de puissance (blanc froid) dont la fonction première est d’être un plafonnier. Ce panneau est fixé verticalement en vis à vis du télescope lorsqu’il est en position « Park ».

En début 2016, un panneau de ce type coûte environ de 60 euros.

L’avantage de ce panneau est qu’il est composé d’environ 160 LED et la lumière est vraiment uniforme. L’inconvénient majeur est la puissance lumineuse qui est beaucoup trop importante pour réaliser des flats avec des temps de pose corrects. A 36 W, la lumière est aveuglante !

Ce genre de panneau est fourni avec une alimentation à découpage dont la tension de sortie est d’environ 50 volts pour délivrer la puissance de 36W. J’ai essayé de brancher l’alimentation du panneau sur un variateur de tension 220V mais ça ne fonctionne pas. Alimentation à découpage et variateur ne font pas bon ménage.

Au départ, j’ai placé 2 plaques de plastique blanc de 3mm d'épaisseur devant le panneau pour réduire l’intensité lumineuse afin d’avoir des temps de pose gérables avec la CCD. D’un manière générale, ça fonctionne, mais l’atténuation dans le vert et le bleu est beaucoup plus importante par rapport au rouge, ce qui amenait à des temps de pose très différents selon les filtres.

Voici les temps de pose en bin1 pour obtenir des flats dans la plage des 20000-25000ADU :

  • Luminance : 3s
  • Rouge : 1,5s
  • Vert : 8,4s
  • Bleu : 54s

On note clairement l'absorption dans le bleu.

 

Modification de l'alimentation :

Pour contourner ce problème, un test a été réalisé afin déterminer s’il est possible de réduire la puissance lumineuse en abaissant la tension continue qui alimente le panneau. Ce genre de panneau n'a pas forcément une relation proportionnelle entre la tension d'alimentation et l'intensité lumineuse.

Le panneau a été branché sur une alimentation de laboratoire qui permet de faire varier la tension dans une plage de 0 à 60 volts.

La tension d’alimentation « idéale » relevée se situe dans une plage de 38 à 40 volts pour obtenir des temps de pose convenables (de 1,5 à 3 s en fonction du filtre utilisé). A cette tension, l'intensité du courant est inférieure à 10mA, ce qui représente une puissance inférieure à 0,3W. La réduction de puissance est de l'ordre de 100 (par rapport à la puissance nominale du panneau de 36W). Cette puissance de 0,3W est vraiment négligeable vis-à-vis de l'alimentation générale 12V.

Finalement, pour alimenter le panneau aux environs des 38/40 volts en partant de l'alimentation 12V de l'abri, un petit convertisseur de tension qui accepte une tension d’entrée entre 4 et 35 volts et qui génère une tension réglable en sortie entre 4 et 48 volts est utilisé.

Attention : il existe 2 types de convertisseur de tension :

  • Step-up, qui ne permettent que d’élever la tension d’entrée pour avoir une tension de sortie supérieure à la tension d’entrée.
  • Step-down, qui ne permettent que d’abaisser la tension d’entrée pour avoir une tension de sortie inférieure à la tension d’entrée.

L’intensité max est de 2 ampères, largement supérieure au besoin. Un potentiomètre multi-tours permet un réglage fin de la tension./p>

Le prix du convertisseur avec les frais de port est généralement inférieur à 2 euros lorsqu'on le commande directement en Chine et à moins de 10 euros lorsque la commande est effectuée dans une boutique en Europe.

L’alimentation d’origine du panneau n’est plus utilisée.

 

Bien que la puissance absorbée soit extrêmement faible (<0,3W), la luminosité est toujours uniforme sur toute la surface du panneau.

De plus, la linéarité de la plage de couleurs est très bonne.

Voici les temps de pose en bin1 pour obtenir des flats dans la plage des 20000-25000ADU :

  • Luminance : 2,6s
  • Rouge : 2,6s
  • Vert : 1,4s
  • Bleu : 2,8s

L'absorption dans le bleu a complètement disparu.

Sur la base de ces résultats, on voit bien la sensibilité plus importante dans le vert du capteur KAF8300.

En fonction du couple durée de pose/ADU des flats qu’on désire, il suffit de modifier la tension en sortie de convertisseur.

En Ha 7nm, le temps de pose monte à 40 s. Vu la bande passante du filtre, ce n’est pas étonnant.

L’allumage et l’extinction du panneau sont effectués automatiquement via des scripts VBS qui commandent le relais de l’IPX800.

Avec SG Pro, lorsque la séquence de prise de vue est terminée, la monture est placée en position Park, un 1er script allume le panneau, la séquence flats est engagée et une fois terminée, un script VBS éteint le panneau.

<