La construction

Écrit par Jean-Pierre le .

 

 

 

 

Le système de roulement est constitué par des rails en forme d’oméga et des galets équipés de roulements à billes tels qu’utilisés pour les portails de maison.

Le toit est constitué de 2 « poutres creuses » longitudinales construites en aggloméré hydrofuge de 22 mm d’épaisseur. J’ai choisis la conception « poutre creuse » pour 2 raisons :

  • Réduire le risque de déformation, ce qui aurait été sûrement le cas en utilisant des chevrons pleins en sapin. En général, lors du séchage, les chevrons se déforment.
  • Loger les galets de roulement.

Tous les éléments sont collés avec une colle spéciale milieu humide, et maintenu par des vis pour aggloméré.

Pour la partie charpente, des couples ont été confectionnés avec des planches de sapin, renforcés par des triangles en aggloméré hydrofuge, toujours en 22 mm d’épaisseur, le tout collé et vissé. 5 couples étant nécessaires, un gabarit simple a été constitué pour qu’ils soient tous parfaitement identiques.

 

 

La structure portante du toit une fois assemblée.



Une vue de détail permet de voir le mode d’encastrement des galets roulants.

Les galets sont montés sur des tiges filetés avec écrous pour permettre de régler précisément la distance entre galets opposés ainsi que la position transversale du toit.

 

Les murs de l’abri, une fois terminés, ont été recouvert de panneaux de polystyrène expansé, collés avec un ciment-colle spécifique.
Les panneaux de polystyrène sont recouvert d'un crépi ciment, armé à l'aide d'un treillis en fibre de verre. Une couche de crépis coloré viendra constituer la couche de finition